Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 14:57

Voilà, c’est fait : j’ai couru mon 6e marathon dimanche dernier.

La semaine dernière s’est bien terminée. J’ai été mal fichue jusqu’à jeudi avec de méchants maux de gorge, puis tout s’est arrangé, ouf ! Quelle chance tout de même côté timing : c’était la semaine allégée, ça n’a donc pas eu de répercussion sur mon entraînement. Footings mardi (50’) et jeudi (40’) que j’ai pu faire sans difficulté.

Le week-end du marathon

Lucerne-2013-1539.JPG

Mes deux amies et moi sommes parties sur Lucerne samedi à midi, pour arriver dans l’après-midi, à temps pour retirer nos dossards à l’hôtel Schweizerhof. J’ai trouvé que l’expo était assez petite, qu’on n’était pas forcément très bien guidé dans cette succession de salons mis à disposition par l’hôtel, que la pasta party n’était pas tentante : manger en vitesse debout, ce n’est pas ce que j’attends d’une pasta party ! L’expo fermant à 17h, j’imagine qu’il en allait de même pour la pasta party ? En tous les cas, nous avons décidé d’aller se faire un bon petit repas en ville, les restaurants italiens ne manquent pas.

Nous avons pu nous faire faire des bracelets Asics avec les allures à tenir en fonction d’un chrono précis, allures qui tiennent compte du profil de la course (donc des irrégularités), ce que je trouve une super idée. Du reste, les temps de passage pour chaque kilomètre sont disponibles sur le site internet, mais seulement pour les chronos des meneurs d’allures (3h, 3h15, 3h30, 3h45, 4h, 4h15, 4h30 et 4h45). Très instructif. J’en ai fait faire un pour 3h43 (mon test 5k donnait comme l’an dernier 3h43:30). Normalement, ça donne du 5:18/km. Mais pour compenser les montées/descentes, le bracelet Asics indique 5:15/km sur les parties plates. Donc peut-être un peu plus ambitieux qu’un 3h43:30 sur du plat … Comme l’an dernier, j’avais couru le 1er semi à une moyenne de 5:14/km avant d’accélérer sur la 2e partie, et que je tiens cette année une forme comparable d’après les derniers entraînements et résultats, je me suis dit que ça devrait le faire.

Après cela, nous sommes allées faire notre dernière sortie : 30’ tranquillou incluant 6 x 30"/30" au bord du lac, un petit aller-retour hôtel-zone de départ/arrivée au Musée des Transports. Sensations moyennes, je trouvais mes mollets un peu raides …

Lucerne-2013 1524

Bonne petite soirée sympathique avec repas au resto italien de notre hôtel, situé en pleine vieille ville en zone piétonne (plat de pâtes, marathon oblige), puis essayages de la tenue de course en chambre (ceinture porte-gourdes ou pas ? Combien de gels ? Ceinture porte-dossard ? T-shirt manches courtes ou sans manches ? short trois-quarts ou court ?). Bref, c’était comique ! La nuit quant à elle a été horrible, heureusement que j’avais bien dormi les deux précédentes. L’hôtel est certes très bien situé, mais aussi en plein cœur de la ville, avec toute l’animation que cela suppose. Quel bruit ! Des fêtards tout au long de la nuit, sans interruption, des fenêtres mal isolées ! Quasiment pas fermé l’œil, une horreur.

Le jour du marathon

On s’est levées à 6h, avons déjeuné notre gâteau-sport maison (chacune sa recette), nous sommes retrouvées au restaurant à 7h pour le petit-déjeuner (un thé pour moi, puisque j’avais déjà mangé en chambre). Au réveil, le ciel était bien couvert mais sec. Le temps de remonter chercher nos affaires, la pluie s’est mise à tomber. D’abord faiblement, puis de plus en plus.

Nous avons pu prendre un bus pour nous rendre aux vestiaires y déposer nos sacs : ce n’était pas loin (2 km), mais on n’avait pas envie de se mouiller avant même de s’échauffer ! Là, grosse, grosse pluie. On est donc restées à l’abri jusqu’à la dernière minute, le temps de nous rendre en courant dans le bloc de départ (situé à un petit kilomètres des vestiaires).

Comme le semi-marathon et le marathon partent en même temps, cela fait du monde (environ 9000 inscrits en tout, dont plus de 7000 sur le semi). Nous avons donc choisi de nous mettre dans le bloc « moins de 3h45 », soit le 2e (le premier était pour les moins de 3h30). Car effectivement, chose assez curieuse, les coureurs sont libres de choisir dans quel bloc ils vont courir. C’est la même idée qu’à Valence, sauf que là-bas, il n’y a qu’un seul coup de pistolet, alors qu’à Lucerne, les départs sont donnés toutes les 5 minutes. C’est très bien, ça permet vraiment de fluidifier le peloton.

Nous décidons de partir ensemble, mais chacune courra pour elle-même, on ne s’attendra pas si on voit que l’allure ne nous convient pas.

Déjà jamais très motivée pour ce marathon, je n’ai vraiment pas envie de courir avec en plus cette pluie qui tombe. Bon, on verra bien ce que ça donnera, mais j’avoue n’avoir jamais pris le départ dans un tel état d’esprit. Je demande si j’arriverai à résister à la tentation de m’arrêter au premier tour ! On part donc autour des 5:15, ou tout du moins on essaie. Si les 4 premiers kilomètres sont plats, mon GPS affiche de grandes variations (il affiche pourtant l’allure moyenne par km et non instantanée) alors qu’il me semble qu’on a une allure constante. Je décide de me fier à mes sensations plus qu’à ma montre. Et de toutes façons, la première côte arrive assez vite, inutile donc e se focaliser sur le chrono. Il y a énormément de monde avec tous ces coureurs, pas mal d’ambiance dans la ville. Pourtant, tout cela ne semble pas me toucher, je suis comme « à côté de ma course », un peu comme à Morat-Fribourg.

Les kilomètres 5-10 sont vallonnés, avec deux principales côtes. Elles me paraissent acceptables, sans doute encore à cause de mon bon état de fraicheur (on n’est qu’au début). Dans la 2e descente, je ne vois plus mes copines, elles sont sans doute un peu derrière. Faut dire que j’ai pas mal accéléré dans la descente, sans forcer pour autant, mais disons que je fais le yo-yo en fonction du profil. Et je dois dire que ça fait du bien de pouvoir dérouler un peu :)

Je ne vais pas détailler toute la course, ce serait ennuyeux, et je ne me souviens pas de tout. Ce que je peux dire, c’est que le parcours est certes varié, mais difficile. Après les côtes, ce sont les nombreux virages, un passage étroit sur chemin non goudronné, un passage dans le bâtiment du KKL (assez fun je dois dire, avec un tapis bleu au sol, des jeux de lumières et musique à fond), un passage dans la vieille ville sur routes pavées, bref, beaucoup de changements qui ne permettent pas d’adopter une vitesse constante. Très difficile dans ces conditions de trouver son rythme. Assez vite, je vais renoncer à rechercher une allure particulière. Je vais quand même régulièrement vérifier sur ma montre que je ne dépasse pas les 5:18, et quand ça arrive, j’essaie d’accélérer. Quant au bracelet Asics, il ne me sera d’aucune utilité : c’est écrit trop petit et je n’arrive pas à le lire en courant !

Au demi-tour (que cette ligne droite me paraît longue), le gros du peloton nous quitte, ne restent plus que les marathoniens. Et là, quel contraste ! On a plus de place pour courir (c’est le moins qu’on puisse dire), mais je sens que ça va être plus dur. Beaucoup moins d’animation dans les rues, beaucoup moins de public (sauf sur les derniers kilomètres). Je ne me pose pas la question d’arrêter ou non, c’est déjà bien ! La pluie s'est arrêtée, et le soleil commence même à percer. Les montées du 2e tour me paraissent comme prévu bien plus importantes, et on les voit mieux sans tout ce monde autour de soi. Pourtant, elles passent relativement bien, je garde une bonne allure (je force un peu, car je sais que je pourrai récupérer dans la descente). Toute la fin du parcours se fera uniquement au mental, sans plaisir. Ma tête commande, je me force à garder un certain rythme quand je sens que mes jambes calent un peu. Ce n’est pas évident, mais j’y arrive. Je me dis que c’est tout ce que j’ai à faire : veiller à ne pas ralentir. Comme mon souffle va super bien, mes pulsations aussi, seules mes jambes sont fatiguées. Sans douleurs ni crampes, je n’ai aucune excuse pour ralentir, c’est aussi ça un marathon : ça ne se fait pas sans quelques efforts …

La météo s’est bien arrangée, et il fait carrément beau sur la fin. Vers le 39e km, avant d’entrer dans la vieille ville, j’entends "Allez chérie !" ! Et stupéfaite, je vois mon homme qui est là, il m’a fait la surprise de venir m’encourager ! Incroyable ! Ca me donne un bon coup de fouet, et je vais pouvoir finir "en force", ragaillardie par cette superbe attention. Ça monte un peu puis redescend, et on arrive sur les deux-trois derniers kilomètres qui sont plats. Au 42e, j’hésite à regarder ma montre, je ne veux pas me mettre la pression (à ce moment là, je n’ai aucune idée de mon temps). Puis je me souviens de ma frustration à Morat-Fribourg, où j’ai fait 1h30:01. Alors je me décide à regarder quand même, et je vois 3h29 (pour les secondes je ne sais pas). Là, je me dis que contre toute attente, je devrais pouvoir passer sous les 3h40 en tirant un peu. J’accélère, et j’arrive en 3h39:27 ! Pari improbable réussi, je suis super contente ! Voilà qui va gommer le manque de plaisir pendant la course. Ça en valait la peine, je suis fière de moi, je ne m’y attendais vraiment pas !

J’attends les autres, je cherche mon homme (qui a certainement rejoint la zone d’arrivée), mais il y a beaucoup de monde, et je ne vois personne. Je vais retirer mon T-shirt de finisher, et je me rends aux vestiaires prendre une douche bien méritée : je suis trempée jusqu’au slip avec toute la pluie qu’on a ramassée. En sortant de la douche, je retrouve mes copines, qui sont bien fatiguées, elles ont passablement souffert. Elles ont vu mon mari et m’indiquent où il se trouve. Je vais le rejoindre pendant qu’elles se douchent, on se boit une bonne bière (elle était dégueulasse !), et on va les retrouver. On se rendra tous ensemble à l’hôtel (encore deux bons kilomètres à marcher, mais ça fait beaucoup de bien). Pour ma part, je me sens encore très en forme, pas de douleurs, les jambes à peine fatiguées. J’ai vraiment de la chance je dois dire. On ira se manger une bonne pizza, puis il est temps de rentrer sur Lausanne. Un week-end fort sympathique, qui malgré le manque de plaisir sur la course, aura été très convivial et même très positif pour moi.

Aujourd’hui, tout va bien, j’ai bien dormi, mais j’ai quand même les mollets bien courbatus je dois dire.

Quelques chiffres : 1er semi en 1h50:57, 2e semi en 1h48:30, soit un negative split de 2:27

Ma Garmin indique un dénivelé (positif et négatif) de 430 mètres tout de même (contre seulement 140 à Lausanne). J’aimerais bien vérifier, mais je ne trouve nulle part le dénivelé cumulé officiel.

Mes impressions

Tout d'abord le marathon : Lucerne et ses alentours sont juste magnifiques, j'adore cette région. Le parcours pourtant n'a rien de très exceptionnel à mon goût. Evidemment, le mauvais temps y est certainement pour quelque chose sur mon impression générale. Il y a de très beaux passages (le long du lac, à travers la vieille ville), mais le reste m'a paru quelconque. L'ambiance est très bonne, mais surtout sur le semi. On se sent un peu abandonnés sur le 2e tour, on a le sentiment d'être des retardataires oubliés. Pas partout, mais sur la plus grande partie du parcours. Alors que c'est justement quand les kilomètres s'accumulent qu'on aurait besoin d'encouragements ... Heureusemet, on retrouve la foule sur les derniers kilomètres. Et heureusement aussi, la météo s'est mise de notre côté sur la fin.

Personnellement, je préfère Lausanne. Le cadre est magnifique avec le lac d'un côté, et le vignoble du Lavaux de l'autre (patrimoine mondial de l'UNESCO). Il y a moins d'animation, mais c'est plus régulier. Le plus terrible à Lucerne, et c'est ce que je craignais, ce sont ces 2 boucles. Et cette idée aberrante de faire partir le semi avec le marathon. Une erreur à mon avis.

Quant à l'organisation, elle est excellente, mais on aurait apprécié la distribution avec le dossard d'une pélerine en plastique, comme cela s'est longtemps fait à Lausanne. Cela nous aurait permis de mieux attendre sous la pluie. De même à l'arrivée, pas de couverture. Bon, je fais la difficile, parce que honnêtement, tout le reste est très bien. On mettra ma sévérité sur mon manque de motivation et ma mauvaise nuit à l'hôtel  Je crois que mon manque de motivation m'a rendue hermétique à certains aspects que j'aurais bien mieux appréciés si j'étais arrivée avec un esprit positif !

Quant à ma performance, j'en suis ravie. C'est mon troisième marathon consécutif sous les 3h40, et très sincèrement, je ne pensais pas pouvoir le faire hier, sur ce parcours, alors que j'y allais sans grande envie. La météo, soyons honnêtes, n'était pas si mauvaise que ça pour courir : il  pleuvait, certes, mais une fois lancés, ça ne gêne plus vraiment. Il n'y avait pas de vent, ce qui aurait été bien plus gênant !

Partager cet article

Repost 0
Published by valcox - dans compétitions
commenter cet article

commentaires

Thierry 20/02/2014 21:36

Merci pour ton excellent compte rendu Valérie, j'ai commencé à courir il y a 4 ans et après plusieurs semi je me suis enfin lancé le défi de m'attaquer à un marathon et du coup ça sera Lucerne en 2014. Entre l'apréhension et tout le reste tes commentaires me permettent de me faire une idée plus précise de ce à quoi attendre avant, pendant et après la course c'est top! Redoutant le demi-tour à la Tour de Peilz pour les 42km espérons que j'ai fait le bon choix! Merci et bonnes courses en 2014. Thierry

Thepinkrunner 24/11/2013 13:10

Super chrono et superbes photos, BRAVO à toi!

vinvin20 03/11/2013 00:42


Bravo valerie! Encore une belle reussite, avec ce nouveau marathon!


ça n'etait pas si facile, et pourtant tu as realisé ton objectif.


Je te tire mon chapeau!

valcox 03/11/2013 10:46



Merci Vinvin 



Eric 02/11/2013 18:01


BRAVO! BRAVO! BRAVO! BRAVO!


Trés belle course, même si l'envie n'y était pas ta détérmination a fait la différence. On joue décidément pas dans la même cours.


BRAVO! BRAVO! BRAVO! BRAVO!

valcox 03/11/2013 10:37



Mais si, tu dois même pouvoir terminer mieux que moi ! La grande différence, c'est que je suis partie doucement (env. 5:15/km au début). Je reste absolument convaincue que c'est CA la
différence  Il faut vraiment se forcer à avoir une allure bien déterminée au début (quand le profil le permet)
et s'y tenir, surtout pas plus vite, même si tu te sens très bien. Et après le semi pas avant, en fonction de ta forme, tu accélères. Rien qu'en courant tous les km à 5:15, ça te fait un
marathon en 3:41:21 !!! Ca fait réfléchir, non ? 



rohnny 30/10/2013 22:00


BRAVO à toi Valérie, je savais que tu allais faire un bon marathon et dans quelles condition climatique. Félicitations vraiment. Bonne récupération à toi

valcox 03/11/2013 10:46



Merci Rohnny 



Sandrunning 29/10/2013 16:15


Tu es impressionnante de volonté Valérie ! Chaque année, tu arrives à réaliser tes objectifs sur marathon qui ne sont pourtant pas si faciles à concrétiser.


Et là, tu y parviens malgré la difficulté du parcours ! Et tu y parviens sans qu'on ait l'impression que tu aies souffert.


Bravo vraiment ! Bonne récupération et à très vite :-)

valcox 29/10/2013 20:39



Merci Sandrine  ! C'était quand même dur, faut pas croire  D'un autre côté, je stagne, alors que toi, tu progresses de façon impressionnante ! ... Mais je peux déjà m'estimer
heureuse de ne pas régresser avec mes bêtises !



Luc Levesque 29/10/2013 12:58


Impressionnant comme prestation ! Mes félicitations. Un split négatif, c'est très difficile à faire. 

valcox 29/10/2013 20:33



Merci Luc  ! Sur 6 marathons, j'en ai fait 4 en negative split : la "faute" à mes départs prudents, je
préfère nettement, ça rend la distance nettement plus abordable 



Alain 29/10/2013 09:25


Bravo championne, tu t'es super bien préparée et as magnifiquement géré ces 42+ km !


Et dire que tu n'étais pas motivée - qu'est-ce que ça va être quand tu le seras !


Bonne récup'

valcox 29/10/2013 20:32



Merci Alain  ! Pas sûr que ça change grand chose finalement 



doune 28/10/2013 22:23


moi qui était presque convaincu d'aller le courir à la place de celui de Lausanne... tu m'as fait changé d'avis !


 


En tout cas, c'est une super perf' que tu nous sors du chapeau magique là ! Un peu de repos et ça s'annonce tout de bon pour la fin de l'année :D

valcox 29/10/2013 08:34



Merci Doune  ! Mais je crains de n'avoir pas été très objective dans mon jugement . Beaucoup de coureurs adorent ce marathon ...



Sydoky 28/10/2013 22:04


Waooohhh !!! Félicitations Valérie  pour ce chrono et un joli négative split


Tu peux vraiment être contente de ce marathon qui plus est n'était pas très roulant.


Ton moral va être au beau fixe maintenant pour affronter la mauvaise période


Bravo et bonne récup

valcox 29/10/2013 08:29



Merci Sylvie . Eh oui, il va falloir gérer l'après-marathon maintenant, mon gros point faible  . Mais on y croit, hein !



Présentation

  • : Valcox
  • Valcox
  • : J'y partage mes entraînements, mes courses, parfois mes réflexions, mais toujours en rapport avec la course à pied.
  • Contact

Sites web

Recherche