Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 17:17

Trop contente pour faire durer le suspense : je suis tout simplemet ravie, je flotte sur mon petit nuage .

Pour une fois, j'ai à peine stressé ces derniers jours, moi l'angoissée de service, celle qui a ses puls à 130 sur la ligne de départ (si, si, ça m'est arrivé, même qu'un autre coureur avait capté ma fc - c'était quand j'avais encore mon polar - et s'était exclamé : "dis donc, grave ! Je capte quelqu'un qui est déjà à 130 puls !" ... C'était moi ). Eh bien cette fois, nada, ou presque.

Ce matin, même que c'était annoncé, légère déception en voyant le temps bien pluvieux : la semaine a été printannière, la semaine prochaine le sera de nouveau (soleil et 15°c annoncés), pas de bol. Bon, ils avaient annoncé une accalmie à la mi-journée, je reste positive, et surtout, je prépare mes affaires pour parer à toutes les éventualités.

Nous nous rendons en voiture à Kerzers (Chiètre en français), et Elisa fera le trajet avec nous : autant se regrouper, c'est plus sympa. Sur le trajet, la pluie tombe abondamment, on se prépare au pire. Miraculeusement, elle cesse quand on arrive sur place, mais le ciel est encore bien chargé. Nous nous rendons à pied au retrait des dossards, à env. 10 minutes. On décide de revenir à la voiture y laisser nos affaires, j'hésite toujours à prendre ma veste de pluie ou non. Finalement, je prends le risque, je la laisse, et tant pis si je me fais mouiller, je préfère ça à avoir trop chaud. Un légère bise bien fraiche s'est levée, et je suis bien contente de commencer l'échauffement.

Il y a beaucoup de monde, c'est une de ces grandes manifestations sportives de Suisse, celle qui pour beaucoup marque le début de la saison. Ce sont donc les départs en blocs, toutes les 3 minutes. A l'inscription, j'ai misé sur la prudence et estimé un chrono de 1h25, ce qui me place dans le 11e bloc, le même qu'Elisa. Mon cher et tendre lui part trois blocs plus en avant, soit 9 minutes avant nous. Secrètement, j'espère m'approcher des 1h20, mais après examen du profil, je me dis que ce sera difficile.

Pan ! Le départ est donné. Avec Elisa, nous nous sommes hélas placées en fin de bloc (malgré les avetissements de Max, mea culpa), et ça avance difficilement, le chemin - bétonné sur les premiers km - est assez étroit, je perds une énergie folle à dépasser et m'énerver. Du coup, je pars trop vite. La montée que j'appréhendais est en fait assez légère et ne pose aucune difficulté. Au 2e km, je suis déjà à 12 km/h, ce qui est bien trop rapide. Je vais le payer sur les kilomètres suivants, jusqu'au 5e environ, où mon allure va graduellement diminuer, jusqu'à 10.8 km/h. J'ai senti que j'étais trop vite dans le rouge et que mon allure diminuait légèrement. J'ai couru uniquement aux sensations, sans consulter mon Garmin ou presque, pour ne pas me mettre de pression. C'est donc après coup que j'ai découvert mes allures.

Puis le parcours devient descendant sur près de 2 km, pour arriver ensuite sur 2 km de plat. C'est un parcours très agréable, joli, en nature, sur des chemins carrossables mais non goudronnés (bien mouillés d'ailleurs, glissants par endroits). Nous traversons une réserve naturelle, la partie au bord de la rivière est un peu plus irrégulière au niveau du sol, mais c'est toujours roulant. Là, je sens que j'ai pris mon rythme de croisière. Je suis dans le rouge juste ce qu'il faut pour tenir la distance, mais ne pas me promener non plus, après tout c'est une course !

Mes sensations sont bonnes, mes jambes aussi, je me sens vraiment bien, et surtout, je reste positive. Arrive la fameuse montée du 9e km, qui va méchamment couper le rythme. L'avantage, c'est qu'on m'avait prévenue (merci Alain), j'étais donc préparée à cette difficulté. J'ai tout de suir ralenti et trottiné. A mi-montée, voyant que ceux qui marchaient allaient tout aussi vite, je me suis mise à marcher aussi, avant de perdre inutilement toute mon énergie, en balançant bien les bras. Dès que la pente a faibli, je me suis remise à courir.

Restent en gros 5 km de course, plutôt plats au début, puis descendants, avant de finir sur du plat. Une fin de parcours facile en somme. Je commence à reprendre un bon rythme, mais je vais me retenir un peu sur 1-2 km car je sens poindre un point de côté. Je respire bien, je détends mes bras, ouf, il ne sortira pas finalement. L'arrivée approchant, tout le monde accélère un peu, et je prends en point de mire une coureuse en maillot rose qui m'a dépassée et que je tente de suivre. Elle finira devant moi, mais pas de beaucoup. Je n'ose pas regarder mon chrono, mais je commence à espérer passer sous les 1h20 quand j'entends une dame qui dit "je vais pouvoir terminer en moins de 1h16 !". Je sais que je ne suis pas aussi rapide (quand même !) je me dis qu'elle est sans doute partie dans le bloc derrière moi, donc 3' après, alors je me dis que mois de 1h20, ça peut le faire !

Sur le dernier kilomètre, je tiendrai une moyenne de 13.8 km/h, je donne tout avant d'arriver. En arrêtant mon chrono, je le regarde enfin, et j'ai le bonheur de lire 1:18:01 !!! Je suis aux anges, je n'avais jamais espéré un chrono pareil. En fait, je verrai plus tard que le chrono officiel (à la puce) est 1:17:56.

Un peu plus loin, je retrouve mon homme, qui a couru facilement en 1:15:25 (il est toujours assez facile, il n'aime pas se mettre dans le rouge, tsss !).  En plus, il s'est peu entraîné ces derniers temps. Nous sommes donc tous les deux ravis de notre performance. Elisa arrive un peu après, satisfaite également de sa course (1er 15 km après moins d'un an de cap, chapeau bas Madame !)

Maintenant que nous sommes arrêtés, le vent bien froid nous glace vite, et nous nous dépêchons de rejoindre notre voiture, après nous être bien réhydratés (eau et Rivella, pour faire taire les sales langues !). Quant à mon choix de ne pas mettre la veste de pluie, c'était le bon : nous avons été épargnés.

Donc je suis enchantée (je me répète). Je n'ai pas de point de comparaison pour cette course, mais en 2006, année de mes meilleurs résultats (avant que je ne m'arrête quasiment 2 ans), j'avais couru le GP de Berne (10 miles) en 1h24, alors 1h18 pour 15 km (les deux parcours sont vallonnés, Berne a un peu plus de montées quand même dans l'ensemble), c'est quasiment équivalent, même un peu mieux (mais à nouveau, ce ne sont pas les mêmes parcours). Les entraînements du footing-club paient, j'en ai la confirmation maintenant .

Partager cet article

Repost 0
Published by valcox - dans compétitions
commenter cet article

commentaires

vincent 21/03/2011 12:02



 T -O-P


la classe !



Luc Levesque 20/03/2011 01:39



 Bravo Valérie une belle performance. Tes "Kenyens" sont payant!



Maya972 20/03/2011 00:37


Superbe temps !! Bravo à toi et félicitations !! Tu as bien fait de suivre l'entrainement du club et d'alleger parfois par d'autres types de sortie. Encourageant pour le reste de la saison !!


calimero 19/03/2011 21:15



Bravo, grand bravo à toi, tu as raison l'entraînement finit toujours par payer;-))



Rasmette 19/03/2011 20:28



C'est justement ce que j'allais te dire : tes entraînements en groupe paient!


Sacrée performance!



Sydoky 19/03/2011 18:30



Bravo Valérie Tu as été bien préparée tu vois   Tu n'es plus une tortue


Bonne récup maintenant avec le soleil 



Présentation

  • : Valcox
  • Valcox
  • : J'y partage mes entraînements, mes courses, parfois mes réflexions, mais toujours en rapport avec la course à pied.
  • Contact

Sites web

Recherche