Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 19:34

Chose promise, chose due, je m'attaque au récit de ma course, ce qui va me donner le plaisir de la revivre .

La journée a débuté avec la course de mon fils, qui courait à 9h30 dans la catégorie "cadets" (1997-1995), il est lui-même de 1997. Nous avons eu le plaisir de voir Linda et Alain, dont les deux fils couraient dans cette même catégorie. Nous avons suivi la course ensemble, c'était très sympa.

20kmLausanne-0185.JPG

Bon, il faut dire que Julien ne s'entraîne absolument pas, il veut par contre toujours participer à ces 4 km pour le fun et la médaille ! Cette fois, ce fut un peu dans la douleur, la faute certainement au manque d'entraînement, et au petit déjeuner pris 3/4 heure avant le départ de la course. Cela lui a valu un petit malaise sur la fin, il s'est arrêté à 50 m de la ligne d'arrivée, assisté par les samaritains, avant de reprendre pour terminer et mériter sa médaille. Nous étions placés à env. 400 m de l'arrivée, je pense qu'il a accéléré trop brusquement en nous voyant et a juste eu un peu la tête qui a tourné (digestion oblige). Enfin, je vous rassure, il va très bien, est parfaitement remis, juste un peu déçu. N'empêche, sons sourire à l'arrivée montre que tout est bien vite oublilé

20kmLausanne-0204.JPG

 20kmLausanne-0214.JPG

Puis nous sommes tranquillement rentrés, pour repartir vers les 15h30, le 10 km que courait mon chéri débutant à 17h00 (départ 17h04 pour lui). Comme vous pouvez le voir sur les photos, c'était une magnifique journée, douce sans être trop chaude, l'idéal. Vers 16h toutefois, c'est devenu très sombre et menaçant, et mon fils nous a même appelés pour nous dire que chez nous, il grêlait ! J'étais prête à supporter la pluie, mais la grêle, non merci, il y a de quoi vous décaper ! Heureusement, c'est passé à côté, et nous avons été épargnés, nous avons même eu droit au retour du soleil.

Je précise que c'est une fois de plus en famille que nous avons participé à cet événement. Quatre participaient aux 10 km (dont mon mari), et trois aux 20 km (dont moi-même), et quelques autres sont venus pour nous encourager. Bref, nous n'étions pas seuls ! Quant aux membres du footing-club, je n'en ai vus aucun avant la course, trop de monde.

Il y avait un monde fou pour cette 30e édition des 20 km de Lausanne. Si j'ai réussi à apercevoir mon chéri au départ du 10 km donc, j'ai par contre raté tous les autres ! Nous sommes allés ensuite au bord du stade vers l'arrivée, voir les premiers (impressionnant !), pour une fois que des stars locales (ce qui ne sera pas le cas du 20 km où les Kenyans ont tout raflé). J'ai eu le grand plaisir de voir mon homme terminer en 47'37", très satisfait de sa course. J'ai tenté vainement de le retrouver à la sortie de la zone d'arrivée, mais le temps pressant, j'ai dû fait demi-tour après 5 minutes pour aller m'échauffer avec ma soeur. Un petit quart d'heure à trottiner, entrecoupé d'une pause pipi préventive, et c'était déjà l'heure de rejoindre le bloc de départ.

Là, surprise, mon homme était là à nous guetter. J'ai donc pu le féliciter, et lui me souhaiter bonne chance. Le départ est donné à 18h26 (les premiers sont partis à 18h10), et je passe sans me presser la ligne de départ : il y a la puce, et je ne veux surtout pas partir trop vite. Ma soeur et moi courrons séparément, je ne veux pas être influencée, je veux suivre uniquement mes sensations. J'ai décidé de suivre les conseils avisés de Patricia et courir dans une zone de "confort". Après avoir médité toute la semaine sur "qu'est-ce que la zone de confort", pas de l'endurance, mais certainement pas de la résistance dure, j'ai pensé partir autour des 10.5 km/h, pour finir de décider de me fier à mes sensations. Je ne jette donc que de brefs coups d'oeil à mon Garmin, mais comme il bipe tous les kilomètres (autolap), je vois mes temps de passage : je tourne autour des 11 km/h, mais je suis super bien, facile. Je décide donc que ça ira. Je veille toutefois à ne pas dépasser cette vitesse, car je ne veux pas me laisser piéger stupidement par la montrée d'adrénaline qui peut fausser les sensations.

Juste avant la montée du Denantou au 3e km, les ballons de 1h50 me rattrappent. Je n'aime pas ça, car je me retrouve soudain entourée d'une concentration de coureurs, et ça me stresse. Heureusement la route est bien large dans la montée entre le 3e et le 4e kilomètre, et je me mettrai sur le côté pour ne plus être gênée. Je vais gentiment les dépasser, pourtant je ne monte pas vite, et je suis très à l'aise. Je suis contente car je suis mes sensations qui sont juste excellentes : bonnes jambes, bon souffle, et sentiment de facilité.

Retour sur le plat, passage du ravitaillement après le 5e km. Je ne m'y arrête pas, j'ai une petite bouteille d'eau à la main, et je bois régulièrement une gorgée juste pour me rincer la bouche dès que celle-ci devient un peu sèche. Je suis à l'aise toujours, je ne force pas mais mon allure a augmenté, il faut dire que c'est plus facile et que le départ est bien amorcé maintenant. Vers le 6e ça redescend (on retourne quasiment au point de départ) et c'est le début des difficultés qui arrivent. Je décide de ne surtout pas aborder la montée trop vite, et je raccourcis ma foulée dès le début. Je suis surprise de voir que je suis toujours bien. Je ne veux pas forcer, alors je continue au même rythme, mais déjà je double pas mal de gens.

Comme j'avais pu le constater lors de la reconnaissance il y a 10 jours, il y a de nombreux paliers dans cette montée qui permettent de bien récupérer, et les kilomètres défilent presque tout seuls. Je suis surprise de voir à quel point cette course passe vite, son profil varié est très agréable, aucune monotonie, c'est super !

Avant la montée de Tivoli, il y un ravitaillement de boisson énergétique, j'en prends un verre et en bois quelques gorgées. La montée de Tivoli que je craignais un peu passe comme un lettre à la poste, c'est incroyable. Bon, je ne vais pas vite, mais je suis tellement bien ! Un bon replat avant d'attaquer la rue St-François et la rue de Bourg, puis le pont Bessière pour monter ensuite sur la cathédrale. Là, il y a Raymond qui nous encourage, mais sans une tenue du club (commandée mais pas encore reçue), il ne ne reconnaît pas dans ce flot de coureurs. Pas grave, sa présence me motive à accélérer un peu dans cette dernière montée.

C'est fait, je suis au point culminant, le plus dur est fait ... et je suis bien. Je n'en reviens pas, je suis vraiment à l'aise. Il va falloir acclérer maintenant, ce que je redoute un peu, car je suis facilement sujette aux points de côté dans les descentes. Je vais donc me retenir encore un peu jusqu'au retour sur Tivoli, où je me dis que là c'est bon, je peux laisser aller. Je me serai encore arrêtée boire quelques gorgées d'eau au ravitaillement du 15e, ma bouteille étant maintenant vide.

Sur Tivoli, j'allonge bien, les sensations sont super, ça descend et c'est facile. Un peu de replat avant la descente de la Vallée de la Jeunesse, toujours super bien. Je sais que les 2 derniers kilomètres seront durs après cette partie si facile et roulante, alors je ralentis progressivement avant le retour sur le plat, pour adoucir la transition. Je vais essayer de rester à plus de 12 km/h sur cette dernière partie, je dois donc forcer maintenant, et j'ai quand même 17.5 km dans les jambes. Surprise, ma famille est juste là pour m'encourager comme des dingues, ça fait super plaisir, et j'accélère un peu. Mais bon, il faut tenir !

Je sais qu'au 19e, il y a Michel (du footing-club). Bingo, je le vois, il est supris de me voir si bien, ça me donne des ailes et je tiens bon. On fait une petite boucle et on revient en direction du stade, et hop, re-Michel, c'est super, ça me relance encore. Petit faux-plat avant la descente sur le stade, je commence à sentir la fatigue, mais je me dis que l'arrivée est toute proche, alors je m'accroche. Dans le stade, je vais accélérer, ma famille est à nouveau là (je les entends !) et je veux terminer en beauté ce 20 km. C'est fait, j'ai passé la ligne, un peu étourdie par mon accélération finale. Je jette un coup d'oeil et à mon chrono et super, je n'en crois pas mes yeux : 1:45:11 !!! En fait, j'ai 6 secondes de trop car j'ai démarré mon chrono trop tôt, mon temps officiel est 1:45:05. Le bonheur total, l'objectif d'1h50 est plus qu'atteint, je suis sur mon nuage.

A la sortie de la zone d'arrivée, je tombe sur Linda et Alain, tous deux satisfaits : Linda voulait se faire plaisir sans se mettre la pression (elle est dans une équipe forte) et termine avec un super chrono (1h38) même si ce n'est pas son record. Quant à Alain, il a atteint son objectif (moins d'1h30) mais a dû lutter, je vous laisse le soin de lire son récit quand il l'aura écrit.

Nous ne traînerons pas après l'arrivée. Nous apercevrons encore Catherine et Pascal avec qui nous échangerons quelques mots. Eux aussi sont très satisfaits de leur résultat. Catherine et moi sommes dans la même équipe, et pour toutes les deux ça aura été notre premier 20 km de Lausanne.

Nous finirons la soirée chez des amis qui nous ont préparé un véritable festin, dignement arrosé ! Superbe journée, je ne suis pas prête de l'oublier !

Je suis super contente de ma course. J'ai géré comme je ne l'osais l'espérer, je me suis fiée à mes sensations et elles me l'ont bien rendu. Je n'ai pas la sensation d'avoir forcé, sauf sur la fin où je me suis lâchée. C'est donc un sentiment de pur bonheur, que c'est bon de faire une course dans ces conditions ! Pour ne rien gâcher, la météo était juste parfaite. A Kerzers (15 km), j'étais très satisfaite aussi, mais j'avais l'impression d'avoir donné le maximum, de ne pas pouvoir faire mieux. Alors que là, j'ai le sentiment d'avoir eu de la réserve. Peut-être n'en avais-je pas tant que ça, parfois il suffit de pas grand chose pour basculer dans la zone d'inconfort et en baver. Mais mes pulsations confirment mon impression générale.

Bref, me voilà heureuse et pleinement satisfaite. Merci encore à tous pour vos gentils mots d'encouragement. J'ai bien pensé à vous pendant la course, et vous avez contribué à me donner des ailes. Allez, je ne vais pas vous assommer plus longtemps, c'est un roman que j'écris là !

TshirtDossard20km

Le T-shirt technique reçu (avec lequel j'ai couru) et le dossard

Partager cet article

Repost 0
Published by valcox - dans compétitions
commenter cet article

commentaires

eric 06/05/2011 07:57


Bravo val joli chrono pour une course difficile et joli cr


valcox 08/05/2011 21:15



Merci Eric !



Bruno 03/05/2011 19:38



"20km de bonheur" joli titre.


merci pour ce CR bien mené comme ta course. intelligente, sage et agressive juste quand il le fallait.


mille bravos



valcox 04/05/2011 20:45



Encore merci



Bob le coureur 03/05/2011 10:12



Bravo Valérie !


Tu as eu tout juste : entraînements, reconnaissance, préparation et gestion de la course. Et tu t'es surprise en réalisant un super chrono tout en restant proche de ta zone de confort.


Ce fût un plaisir de commencer cette journée sportive en votre compagnie.  La Runnosphère helvétique n'est pas bien grande, mais nous nous retrouvons souvent ensemble



valcox 03/05/2011 12:44



Merci Alain ! Ce fut un plaisir pour nous aussi



Sandrunning 02/05/2011 23:17



Bravo Valérie ! On sent dans ton récit la joie, le bonheur d'avoir participé à cette course, mais surtout le plaisir de l'avoir courue dans ces conditions. Tu as su gérer ta course de manière à
apprécier chaque kilomètre parcouru. Quelle fierté quand on passe la ligne d'arrivée en ayant rempli nos objectifs ! Quand j'ai couru les 20km de Paris en octobre 2010, je m'étais donné comme
objectif secret (je ne voulais le dire à personne pour ne pas avoir à en parler si j'échouais) de le réaliser en moins de 2h. (6 mois avant j'avais couru le semi marathon de Paris et l'avais
bouclé avec beaucoup de mal et de souffrance, car très mal entraînée, en 2h24). J'ai finalement fait un chrono de 1h48. Quelle joie !! Quelle fierté !!! J'avais réussi à atteindre mon objectif et
à le surpasser largement ! Comme toi samedi finalement. Alors, je te dis BRAVO !!! Je sais ce qu'on ressent dans le pareils moments :-)



valcox 03/05/2011 09:51



Merci Sandrine ! C'est vrai que de pouvoir surpasser son objectif dans ces conditions est tout à fait grisant . Et je
reste très admirative devant ta progression fulgurante, car tu as encore notablement amélioré tes chronos depuis ! Pour moi, du haut de mes 45 ans (presque 46), ma marge de progression est quand
même limitée ... Bravo, et continue à me faire rêver



vinvin20 02/05/2011 23:16



FELICITATIONS


Je suis content pour toi, toi qui doutais... Avec le recul, penses tu que le fait d'avoir fait la reconnaissance du parcours  t'as apporté un plus le jour de la course?..Et as tu reussi a
geré ton stess la nuit precedente? Une belle sortie familliale et bravo aussi a tes Hommes! L'effet runnosphere fait decidement  tomber tout les records..


 



valcox 03/05/2011 09:48



Merci Vinvin  ! Oui, je pense que la reconnaissance a eu un effet très positif. Habituellement, je préfère
découvrir le parcours lors de la course, mais là, j'appréhendais tellement les montées que cette reconnaissance m'a permis de vraiment me rassurer. Quant à la nuit précédente, elle a été bonne
... mais j'avoue avoir triché un peu en prenant un anxyolitique  (je suis une grande insomniaque).



calimero13990 02/05/2011 21:46



Je ,e suis régalé à partager ta joie et ta très belle performance du jour, ton récit est un régal de bonheur en famille!


Encore des chronos comme çà sur des longues distances et ton record sur Marathon va EXPLOSER!!!



valcox 02/05/2011 22:03



Merci Philippe . Tu penses bien que je ne demande qu'à te croire ! Je rêve toujours de le courir en moins de 4h
 ça ne s'est pas fait à NY (et de loin !), mais ça a été le déclencheur de beaucoup de choses



Svip 02/05/2011 21:01



SUPEEEEERRR FELICITATION VAL!!!!!


C'est génial et ton CR est super captivant.


 



valcox 02/05/2011 21:20



Merci Sophie



Rasmette 02/05/2011 19:51



Encore félicitations! Ton récit donne envie d'y participer. Même si ce n'est certainement pas aussi facile que ce que tu laisses transparaître.


C'est ça la solution, se fier à ses sensations?



valcox 02/05/2011 21:01


La course n'est pas facile, mais courir sans se mettre (trop) dans le rouge rend assurément la course agréable, et avoir encore du jus à la fin, c'est juste euphorisant ! Donc oui, je dirais que
les sensations sont bonnes conseillères (ce qui ne m'empêcher pas de m'angoisser à nouveau pour les prochaines courses !)


Maya972 02/05/2011 14:05



Superbe CR !! Et quelle performance !! tu as parfaitement gérer ta course et tu t'es bien fait plaisir !


Bravo à vous trois, une vraie famille de sportifs !!



valcox 02/05/2011 21:02



Merci Maya



vincent 02/05/2011 12:17



Bravo à toute la famille !!



valcox 02/05/2011 21:04



Merci Vincent ! Alors, prêt pour le GP de Berne ? Moins de 2 semaines ...



marie 02/05/2011 11:10



Bravo Valérie !!! Tu as vraiment bien géré ta course et on sent toute la plénitude que cela te procure... Bonne récup à présent !



valcox 02/05/2011 21:05



Merci Marie



Luc Levesque 02/05/2011 01:20



Une belle journée en famille et pour couronner le tout, un superbe temps, mes félicitations. Tes entraînements donnent les résultats escomptés. 



valcox 02/05/2011 21:06



Oui, les entraînements paient, c'est gratifiant. Merci Luc



Sydoky 01/05/2011 23:53



Bravo Balérie Tes entrainements et
assiduité dans ton club ont bien porté leur fruits, tu as su bien géré ton effort dans cette course, c'est super


Bonne récup et bonne continuation



valcox 02/05/2011 21:08



Merci Sylvie . Oui, je vois le bénéfice de ces entraînements en groupe, moi qui doutais tant



Présentation

  • : Valcox
  • Valcox
  • : J'y partage mes entraînements, mes courses, parfois mes réflexions, mais toujours en rapport avec la course à pied.
  • Contact

Sites web

Recherche